Il nous arrive tous d’avoir des projets et de nous sentir incapable de les réaliser. La tâche nous semble lourde et complexe. Nous sommes parfois aveuglés par notre vision erronée de la situation. En d’autres mots, nous avons de la difficulté à voir l’arbre dans la forêt. Cette confusion mentale provoque une démotivation et un cercle vicieux s’ensuit. L’échec entraîne la peur de…l’échec. Le goût du risque s’estompe et nous optons pour des situations plus rassurantes. Nous nous enfermons dans un faux sentiment de sécurité. Nous voilà maintenant immobiles, installés dans une routine. Nous allons  même justifier nos échecs par des affirmations telles que « c’est la faute à…», «Je ne veux pas me compliquer la vie», etc.

Les exemples de projets sont nombreux :

Je veux réussir ma vie professionnelle, ma carrière ;

Je veux réussir ma vie de couple ;

Je veux réussir un projet d’entreprise ;

Je veux réussir ma vie !

J’ai réalisé de magnifiques projets durant mon existence, mais j’ai aussi perdu beaucoup de temps et d’argent. Je me souviens d’une occasion où je n’avais pas écouté les conseils de ma conjointe! Mon ego avait pris le dessus. J’étais pourtant certain que ce projet fonctionnerait… mais non. Il ne répondait pas à ce principe que je me propose de vous partager aujourd’hui. J’ai découvert ce principe un peu par hasard. J’ai remarqué que trois éléments étaient toujours présents pour assurer la réussite de mes projets. Ces éléments sont les piliers de tout projet.

LA PURETÉ D’INTENTION

LA SIMPLICITÉ

L’AMOUR

Prenons un cas précis,quelque chose de simple, voire banal. Mon projet consiste à cultiver des tomates. Le principe de pureté d’intention pourrait s’appliquer de la façon suivante. J’aimerais récolter de belles tomates pour pouvoir impressionner mes voisins, donner une partie de ma récolte, me permettrait de me faire apprécier des autres et on me complimenterait sur la qualité de mes tomates, etc.

tomatoes-1280859_960_720

L’intention pourrait être tout à fait différente.

J’aimerais apprendre L’A B C de la culture des tomates, voir se développer les plans en débutant avec les semis, jusqu’à la récolte. Quelle expérience de pouvoir partir à zéro, et d’être témoin de ce miracle de la nature. Une semence de tomate pourrait hypothétiquement nourrir une planète entière. Pensez-y! Ce n’est pas sans raison qu’on entrepose les semences de la planète dans des endroits sécuritaires. Poursuivons cette belle intention. Je pourrais partager mon expérience avec mes enfants, leur transmettre cet héritage. En passant, saviez-vous que les enfants du Canada peuvent reconnaître des centaines de marques de commerce, et seulement trois ou quatre types de plantes?

Voyons maintenant le principe de simplicité.

Premier scénario. Je pourrais aller à la bibliothèque ou sur Internet pour lire tout ce que je trouve sur la culture des tomates. Des heures de lecture… Voulez-vous devenir un spécialiste en botanique, ou voulez-vous tout simplement  déguster des tomates? Deuxième scénario… Au lieu de perdre un temps précieux à tout vouloir apprendre par vous-même, faites appel à une solution simple. Parlez à un ami, ou un voisin qui cultive les tomates. Il se fera un plaisir de partager avec vous ses expériences en la matière. Vous profiterez alors  de plusieurs saisons d’expérience en quelques minutes. La solution la plus simple était là, devant vos yeux. Pourtant, on se complique souvent la vie par notre désir de tout vouloir contrôler, ou de souscrire au mythe du «je suis capable tout seul.»  Votre ego ne souffrira pas de demander conseil! Si c’est le cas, intériorisez-vous et cherchez l’origine de ce besoin. Moment d’introspection?!

Poursuivons avec le principe de l’amour

Vous êtes pressé, il est deux heures de l’après-midi et vous aviez prévu de planter vos tomates avant de quitter pour une autre activité. Vous êtes un peu nerveux, et pressé. Après tout, pourquoi perdre du temps ? Je creuse un trou, j’ajoute la terre et hop, on attend les tomates en août.

Pas si simple. Je m’inspire ici du bouddhisme. On mentionne, dans une des nobles vérités, que toute chose qui a le mérite d’être faite doit être BIEN faite. C’est l’application à la tâche, le désir de perfection. Mettre en terre nos plans de tomates, ce n’est pas rien ! Il faut prendre le temps et choisir le bon moment de la journée sans se hâter agir avec amour et respect me permettra de faire les bonnes choses au bon moment. Un projet bâclé, fait sans amour, est rarement une réussite.

reussite

Voyez comme c’est simple. Nous avons passé notre projet à travers nos trois filtres. Pour qu’un projet se réalise harmonieusement, nous devons obtenir la note de trois sur trois. J’ai été témoin de projets réalisés par d’autres personnes, où le compte n’y était pas. Le projet a pu se réaliser, mais le temps consacré à celui-ci a été multiplié par dix ! J’ai un ami peintre qui avait comme projet de diffuser son art aux É.-U. Son intention était pure, et son amour évident. Il a par contre opté pour la solution la plus complexe… Tout faire par lui-même. Il y est arrivé, mais plusieurs années ont été nécessaires pour percer ce vaste marché.

Nous pourrions transposer cette petite histoire à n’importe quel projet. En voici quelques exemples.

-L’achat d’un bien matériel (voiture, maison, etc.)

-Relever un défi personnel (changer d’emploi, s’entraîner physiquement, etc.)

-Réaliser un projet de nature interpersonnelle (vivre en couple, fonder une famille, régler une situation conflictuelle, etc.)

-Loisirs et enrichissement (préparer un voyage, apprendre une nouvelle langue, etc.

Je me propose de vous expliquer chacun de ces éléments.

meditationLa pureté d’intention

L’intention première est très importante parce qu’elle fixe le but à atteindre. J’ai la ferme conviction que tout projet existe déjà en potentiel, sous une forme « invisible » avant que celui-ci ne se manifeste sur le plan matériel. L’idée première de tout projet contient le germe, le point zéro, qui va ensuite grandir et se manifester dans le monde visible. C’est comme la semence qui contient en potentiel tout le plan nécessaire à la naissance d’une plante. Il en est de même pour l’intention première. Une intention pure et juste contient en potentiel le germe qu’on laissera croître. Notre projet va donc progresser au fil de nos actions, toujours guidé par notre intention première.

L’intention pure s’assure de ne blesser personne ni de commettre une injustice. Elle n’est pas dominée par l’égo ou le désir de duper l’autre. L’intention altruiste nous oriente naturellement vers les qualités des autres. En agissant de la sorte, je renforce mes liens, et j’établis une relation de confiance avec les autres.  En tissant des liens positifs avec mon entourage, j’augmente ainsi mes chances d’agrandir mon réseau de contacts. Par conséquent, ma réputation me précède, on désire me connaître, et collaborer avec moi.

La simplicité

Dans un contexte de réalisation, la simplicité se manifeste par notre souplesse, notre capacité d’adaptation. Votre intention première étant pure, vous faites confiance à la vie. Il y a peut-être de belles opportunités et de nouvelles façons de faire qui se présentent à vous. Acceptez l’imprévu, les heureux « hasards », ouvrez votre esprit à d’autres façons de penser, etc.

Avec la simplicité, Il n’y a pas de place à la susceptibilité. D’ailleurs, qui suis-je pour douter des intentions de l’autre ?  Je me répète souvent cette phrase : « Je n’ai rien à prouver à personne, même pas à moi!» Nous gaspillons un temps précieux à s’occuper de ce que pensent les autres, nous cherchons souvent à être confortés dans nos choix. En définitive, je prends note des suggestions qu’on me fait, j’observe, j’accueille et je m’ajuste si cela est nécessaire.

Observer la nature, vous verrez que tout est construit à partir de matériaux simples. Trois ou quatre éléments chimiques sont nécessaires pour créer la vie. Lorsque  vous avez une décision à prendre ou un dilemme à résoudre, choisissez la solution la plus simple. L’action qui va vous demander le moins de temps est souvent la meilleure décision.

La simplicité n’est pas la naïveté. C’est l’esprit de la raison, et de l’analyse d’une situation. C’est se libérer de la fausse humilité, donc, de l’orgueil. Gros programme vous me direz !

Comment faire pour trouver la solution la plus simple ?

Une bonne façon d’y arriver est de prendre le temps. En laissant mijoter une idée pendant quelques jours, elle se déleste des pensées parasites et  inutiles. C’est comme élaguer un arbre, mais conserver l’essentiel. La solution va vous apparaître au moment où vous ne vous y attendrez pas ! J’ai souvent eu mes meilleures idées au réveil le matin ou sous la douche.time-92897_960_720

La méditation peut aussi être un outil puissant nous permettant d’accéder à des dimensions insoupçonnées, de jeter un regard nouveau sur une situation donnée. C’est un outil puissant permettant de libérer les pensées parasites. Ce sont ces mêmes pensées, responsables de cette confusion permanente, qui bloque notre créativité. La méditation n’est pas un exercice compliqué en soi. C’est une pratique qui est peut se faire simplement, et qui à la portée de tous. Je vous suggère à cet égard, les formations de Patrick Vesin. C’est un ami personnel qui a une feuille de route exceptionnelle en la matière. Les témoignages font mention d’une personne affable, soucieuse d’expliquer les choses simplement et efficacement. La méditation fait maintenant partie de ma vie, et tous mes projets passent par ce processus.

Cette notion du temps introduit très bien le prochain sujet, l’amour.

On ne fait pas pousser les fleurs en trois jours. On prépare le sol, on ajoute du compost, on sème, on arrose, et on patiente.

L’amour me dit ceci : fais en moins, mais fais-le mieux ! La réalisation de tout projet demande du temps, un désir de bien faire les choses. La fable de la tortue est du lièvre est éloquente à ce propos. D’ailleurs, tout processus créatif a besoin de temps pour s’exprimer. Je dirais même que l’esprit créatif a besoin de plusieurs pauses. C’est dans ces moments qu’à notre insu, les idées se classent d’elles-mêmes. Que le principe de simplicité se manifeste. Si votre esprit est confus et que tout semble aller de travers, lâchez tout, et allez prendre une marche…

Aimer son projet, c’est aussi être capable de s’en détacher. Du moins, accepter que certaines étapes ne se déroule pas comme prévu. Par exemple, un proche collaborateur se retire subitement de votre projet. Pas de panique ! Prenez quelques jours pour y penser. Lâchez-prise. Vous entêter à convaincre cette personne de changer d’idée vous fera perdre beaucoup d’énergie. Énergie que vous n’aurez pas pour trouver une autre solution. Le départ de cette personne sera peut-être l’occasion de faire de nouvelles rencontres encore plus productives pour votre projet.book-730479_960_720

La motivation provient de l’amour. Pensez aux grands bâtisseurs qui contre vents et marées ont mené à terme leur projet. On se souviendra de l’huile de Lorenzo qui a été inventé par les parents d’un garçon atteint d’une maladie incurable. C’est l’amour pour leur fils qui a permis le succès de cette entreprise. je vous suggère d »écouter cette musique spécialement conçue afin d’ouvrir le point du Coeur.

Le contraire de l’amour serait de vouloir réaliser quelque chose pour les mauvaises raisons :

-Je le fais parce que je me sens obligé ;

-je le fais parce que je ne veux pas déplaire ;

-je le fais parce que je pense que c’est la seule chose que je sais faire ;

-je le fais parce que je n’ai pas le choix, c’est mon destin.

Cela vous rappelle quelque chose ?

Terminons avec un dernier exemple de projet.

Vous êtes à la recherche d’un nouvel emploi. Quelle est votre intention première reliée à ce désir de changer? Voici quelques affirmations.

-J’aimerais gagner plus d’argent.

-Je sens que je ne suis pas apprécié à ma juste valeur.

Nous pouvons analyser chacune de ses pensées de la façon suivante.

Pour quelles raisons aimeriez-vous gagner plus d’argent ? Est-ce pour répondre à un besoin égoïste, changer de voiture pour épater les amis, sortir plus souvent au restaurant, faire la fête, déménager dans un endroit plus spacieux, etc.

Vous pourriez au contraire, désirer gagner davantage pour aider votre famille, ou vous permettre d’avoir plus de temps pour vaquer à des occupations personnelles.cochon

La différence d’intention ici, est frappante. Pas besoin d’être un psychologue pour comprendre que nos intentions égoïstes face à l’argent pourraient nous faire prendre de très mauvaises décisions. Une intention juste, au contraire, nous permettra de prendre une décision éclairée en lien avec nos aspirations profondes.

Deuxième affirmation. Je sens que je ne suis pas apprécié à ma juste valeur. Qu’en est-il vraiment ? Nous avons la fâcheuse habitude de souscrire au mythe de la perfection. Nous voulons être parfaits en toutes circonstances. Nous avons oublié que l’erreur fait partie de l’expérience, et que nous n’avons rien à prouver à personne ni à nous-mêmes. Vouloir changer d’emploi pour se sentir davantage accepté serait une grave erreur, puisque la même situation risque de se reproduire.

Voyons les choses autrement. Il y a des gens qui m’apprécient et d’autres pas… où est le problème ? Je n’ai aucun contrôle sur ce que les autres peuvent penser de moi. Je suis cependant conscient de mes qualités et de mes compétences. Et, je peux, de façon rationnelle, savoir si celles-ci sont mises à contribution. Si ce n’est pas le cas, j’ai alors une bonne raison de me chercher un emploi qui va me satisfaire davantage afin que je puisse me développer et m’enrichir.

Amusez-vous à faire « passer » vos projets dans ces trois filtres. J’insiste, TOUS les projets. Les petits comme les grands.  Vous allez développer de nouvelles attitudes gagnantes vous permettant de mener à terme vos idées. J’insiste, la pratique de la méditation est un facteur déterminant, permettant d’ouvrir les portes de vos potentialités.

Quel est votre prochain projet ? Allez-y, commencez dès maintenant à gribouiller vos idées.

Je vous souhaite la meilleure des chances !